Dernière course de l'année au programme: un profil particulier pour une course particulière qu'est la Saintélyon: 72km 1800d+ entre Saint Etienne et Lyon de nuit.

2014-12-01_114212

La préparation s'est globalement bien passée magré un coup de fatigue et une douleur au mollet 20 jours avant mais une diminution des entrainements à améliorer tous ça.

 

Vendredi 5 décembre départ de la maison en direction de Lyon avec maman et Marina. Après 5h de route, arrivés au palais de sports vers 17h 30 et retrait du dossard dans une salle quasi déserte. Bien content, en 10mn tout est réglé, je ne m'en plains pas, le samedi certains y passeront un temps fou. Ensuite direction Saint Etienne afin être sur place pour le samedi soir.

10563223_10205473952512720_3582310619799353279_n

 

10846073_10205473943392492_9018140407712452234_n

 

 

10429265_10205473944192512_4041733899133510742_n

 

Samedi réveil à 8h après une bonne nuit. Petit dej et direction le centre ville. Et bien Saint Etienne c'est pas jojo comme ville: j'ai même trouvé ça plutôt moche. Dehors c'est pluie/neige et 1°C, il neige sur la première partie du parcours.

Après midi repos et sieste de 45mn.

19h30, dernier repas léger: pâte compote.

10847908_10205473946952581_8448571232058497032_n

 

22h45: direction le parc des expositions: un monde fou.

10846312_10205473957792852_3097046253011100804_n

Je retrouve Christophe et des amis à lui.

On arrive au SAS 15mn avant le départ, ils souhaitent mettre moins de 7h , moi plûtot aux alentours de 8h mais  je me fais embarquer dans le premiers sas de 5-7h.

Minuit - c'est partie pour une  nuit dehors dans le froid , la nuit , la boue. Arriver à Lyon sera déja une victoire.

2014-12-08_090708

Plus de 5500 coureurs sur la saintélyon solo, plus les 1000 premiers des relais ....une vraie marée humaine.

Les 7 premiers kms jusqu'a Sorbiers se font sur la route, à environ 11km/h pour moi. Ensuite on commence à rencontrer des sentiers et le moment vient d'allumer la frontale 

J'arrive à Saint Christo en Jarez en 1h29 en 989eme position. J'ai de bonnes sensations malgré un départ un peu rapide.

J'avais peur de me retrouver sur des ravitaillement bondés mais finalement il n'y a quasi personne, il est vrai que beaucoup n'ont pas du s'arrêter devant moi. Je fais le plein de ma gourde , 2-3 pâtes de fruit et c'est reparti.

On prend de l'altitude et on retrouve vite un peu de neige et un bon petit vent frais mais je ne regrette pas la tenue choisie: 3/4, premiere peau ML + t shirt MC + veste imperméable. J'ai longtemps hésité entre le gros ou la veste imperméable ou le petit coupe vent mais la météo annonçant des faibles précipitations j'ai préféré prévenir que finir gelé au milieu de la nuit. Au final, la nuit à été sèche...mais ça je l'ai qu une fois arrivé à Lyon!!!.

Peu avant Sainte Catherine et le second ravitaillement, des maux de ventre apparaissent, comme 75% de coureurs de la Saintélyon à en croire ceux avec qui j'ai parlé.

Les jambes répondent pas trop mal, je n'hésite pas à marcher dès que la pente est trop forte et me laisser aller dans les descentes. Je joue avec les modes de la frontale: économie en montée, et pleine puissance en descente. Je suis étonné par la petite allure des gens autour de moi en descente, j'en profite pour gagner des places. 

Il y a beacoup de spéctateurs au bords des sentiers, dans le froid au milieu de nulle part. Ce sera le cas tout le long.

J'arrive au km 27 en 2h46 ( 801eme) avec en tête ces douleurs au ventre de temps à autre. Je me dis que c'est peut être ma boisson qui ne passe pas avec la nuit et le froid et tente le thè chaud accompagné de tartelette à la faise.

Je ne sais pas si c'est cet assortiment mais 10mn après la forme est là et sera présente jusqu'au ravitallement de Saint Genoux au km 38 en 4h10 ( 648eme). Je reconduis le thè.

 

2014-12-08_090828

 

J'apréhende maintenant la suite, 30km de roulant avec de bonne petites bosses très courtes. Il va falloir tenir l'allure... et ça je sens bien que je vais avoir du mal. Les jambes commencent à se faire lourdes: les quadriceps en parfait état mais les ischios et les mollets sont de plus en plus douloureux avec des débuts de  crampes de temps à autre. Le mental prend désormais le dessus. Va t-il tenir jusqu'au bout? Humm humm pas sur car c'est dur.

Malgrès cela, je double toujours des coureurs mais avec la densité de personnes, les solos, les coureurs des relais et maintenant les derniers du 44km il est difficile de se faire une idée du classement.

J'arrive à Soucieu en Jarrest en 5h27 , km 50 et 535eme position. Plus j'avance et plus j'appréhende la suite. Ravitaillement le plus long pour moi malgré le peu de monde dans le gymnase, toujours du thé accompagné d'un gel en éspérant que cela déclenche un regainde de forme.

Je repars en trottinant mais très vite les relances se font de plus en plus dures et le cardio ne répond plus, bloqué à 155puls/mn. Malgrès ça pas question d'arrêter, on commence à voir les lumières de Lyon au loin et le but n'est plus très loin...plus qu'une vingtaine de kilomètres...

1h40 pour les premiers, j'avais estimé 2h25 pour moi, il m'en faudra finalement 2h50.

Les jambes brulent, le mental n'y est plus, je cours parfois sur 1-2km puis marche 200-300m et c'est comme ça que j'arrive au dernier ravitaillement. Chaponost, km 60, 568eme en 6h49.

C'est la première section oû je perds des places depuis le départ, bien loin des 200 places gagnées entre les km 15 et 27, j'en perds ici 32. Me voilà 568eme...plus que 12km.

Bref arrêt, je me dis que plus l'arrêt sera long plus le départ sera difficile, je prend juste dequoi manger et repars en trottinant.

J'espère un éclair de forme mais il ne viendra pas. Toujours sur une petite allure j'avance en me forçant à courir 2-3km sans marcher les yeux rivés sur le GPS, puis je marche. On me double, mais pas l'envie de m'accrocher. Je perds des places mais le plaisir est toujours là, je suis pas blessé, j'ai juste des jambes en bois.

J'arrive alors aux acqueducs, c'est maintenant la ville, fini les sentiers pleins de boue et rebonjour le bitume. Un bonne côte de 1km et 100d+ où il est possible de courir à l'entrainement mais après 7h30 de course de nuit, c'est tout juste si j'arrive à montée à 5kmh.

Saint Foy Lès Lyon, je regarde le portable pour la première fois depuis le départ, plein de messages et de notifications...pas le temps de les regarder.

je p rends juste le temps d'appeller Marina pour lui dire que je serai la dans 20-25mn.

P1020089

S'en suit la descente des marches en direction de l'aquarium de Lyon, deux par deux, ca va ( peut être ) un peu plus vite, j'en doute.

On traverse tour à tour la Saone et le Rhone, plus que 3km, je me dis qu'il ne faut plus marcher et tenir ce petit rythme de 10.5km/h mais je craque à deux reprise et marche à nouveau sur 200m. A 2km une dame courant le ralais me rattrape, un encouragement et me voila reparti à ses côtés jusqu'au bout. Merci à elle.

200m...100m...75m...50m...25m...c'est fini...enfin....!!!

 

Je finis en 8h19mn25s ces 72km et 1900d+

10523858_10205473951432693_3744377570495833347_n

 

590eme / 5550 coureurs au départ.

10eme espoirs/ 53 au départs.

2014-12-08_225804

2014-12-08_225819 

 

Je suis 590eme en 8h19 ,  en 8h18 ==>579eme    en 8h15 ==>549eme    en 8h ==> 395eme   ....200 coureurs en 20mn, ça fait du monde...les places sont chères et les secondes précieuses.

  

590ème c'est beaucoup et c'est peu à la fois. Si on reporte en pourcentage, je fini dans les 11%...ce qui correspond à mon classement en général sur des course de 50-80km. ( GRP 11% , intégrale des causses 14%)

10848055_10205473970393167_3358673699002223072_n

Christophe est là depuis longtemps, il a fini 28ème en 6h26 !!! !!! !!! !!!

10850095_10205473972393217_1467781776208030809_n

 

Au vue du profil et d'une première pour moi sur ce type de parcours, le résultat me satisfait même si au départ mes ambitions était un peu plus élevées...

Pour réussir à courir tout le long sur ce type de course, bein il faut courir courir et courir encore pendant 2-3h sur du plat et garder le rythme, chose que le terrain ne te permet pas quand tu vis à la montagne.

Lors de la préparation, des 20 derniers km de la course, et à l'arrivée je me suis dit plus jamais ce type de course....mais déja deux jours après je me dis " pourquoi pas".

Alors pourquoi pas...

Pas en 2015, mais peut être une année suivante.

 

En attendant, les basket sont au placards, une bonne coupure s'impose avec l'arrivée de la neige et la sortie des skis, avant une reprise de la course à pied début 2015 pour de nouvelles aventures....

 

 

trace GPS: http://www.movescount.com/fr/moves/move47051668